L’absence de frais modérateurs en santé, sous prétexte de ne pas appauvrir les personnes peu nanties ayant besoin de soins médicaux

De nombreuses personnes s’objectent à l’imposition de frais modérateurs en santé en prétendant défendre les intérêts des moins bien nantis. Elles soutiennent que d’imposer de tels frais modérateurs entraîne une répartition moins égale de la richesse. Leurs prétentions sont-elles réellement défendables?

L’absence de frais modérateurs évite effectivement l’appauvrissement des patients, incluant les moins bien nanties d’entre eux. Sauf qu’une telle politique n’apporte aucune aide aux personnes démunies qui ne sont ni malades ni blessées. Si on a réellement pour objectif de combattre la pauvreté, la priorité ne devrait-elle pas être de promouvoir des transferts de richesses ciblant spécifiquement les moins bien nantis plutôt que des programmes bénéficiant aux personnes malades ou blessées, que celles-ci soient démunies  …ou bien nanties?! Ainsi, supposons qu’on imposait des frais modérateurs afin de financer l’octroi de transferts additionnels aux personnes démunies et ce, de montants suffisants pour couvrir les maximums annuels de frais modérateurs qu’elles pourraient avoir à assumer(1). Avec un tel changement de politique, les personnes moins bien nanties s’en trouveraient enrichies si elles n’atteignaient pas leurs maximums annuels de frais modérateurs, sans en être appauvries si elles atteignaient ces maximums. Les personnes moins bien nanties ne seraient-elles pas ainsi généralement avantagées, même si elles étaient, elles aussi, soumises à payer d’éventuels frais modérateurs pour obtenir des soins médicaux?

Cela étant dit, il est probable qu’il serait préférable que les frais modérateurs soient ajustés en fonction, entre autres, des niveaux de revenus des patients, de manière à rendre ces frais optimaux pour les citoyens de toutes les classes de revenus; Optimaux en terme de forces de modérations par rapport à l’objectif de réduire les coûts du système de santé, tout en maintenant l’accessibilité pour tous aux soins médicaux qu’ils requièrent. (Pour plus de détails à ces sujets, voir mes autres billets affichés sous la catégorie « Frais modérateurs en santé »).

Note

(1) Je crois qu’une politique impliquant des frais modérateurs en santé doit comporter des maximums annuels variant selon les revenus des citoyens. L’objectif étant de ne pas mener à l’indigence les personnes ayant besoins de relativement beaucoup de soins médicaux et ce, sans avoir à verser des transferts additionnels trop importants (trop coûteux) aux personnes moins bien nanties dans le seul but de leur permettre de financer d’éventuels trop importants frais modérateurs.

Sur le même thème :

Voir mes autres billets affichés sous la catégorie « Frais modérateur en santé ». (Une sous-catégorie de la catégorie « Assurance-maladie »).

Advertisements
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :